Dépression : les filles beaucoup plus touchées que les garçons à cause des réseaux sociaux

0
920

Les filles souffrent plus de dépression que les garçons à cause des réseaux sociaux. C’est ce que rapporte une étude britannique menée par la professeure Yvonne Kelly de l’University College London qui a pu, à l’aide de son équipe, s’entretenir avec plus de 11 000 adolescentes âgées de 14 ans. On y apprend ainsi que les filles passent beaucoup plus de temps que les garçons sur les réseaux sociaux et qu’elles ont beaucoup plus de chances que ces derniers de développer des symptômes de dépression liés à leur utilisation des plateformes telles que WhatsApp, Facebook ou Instagram. L’étude britannique explique que l’intimidation en ligne et le manque de sommeil sont principalement responsables de l’état de ces jeunes filles – ainsi que les jeunes adultes – qui « manquent d’estime de soi » et « ne sont pas contentes de leur image ». 

Les résultats de l’étude de la professeure Kelly révèle également, en chiffres, le temps passé par les deux genres sur les réseaux sociaux. 3 filles sur 5 y passent ainsi 3 heures, contre 1 garçon sur 5 pour la même durée. 35,6% des adolescentes dépressives ont vécu un harcèlement en ligne. De leur côté, 17,4% des garçons dépressifs du même âge ont connu le même problème. Cette nouvelle étude remet donc sur le tapis la question du temps passé par les adolescents sur les réseaux sociaux et du danger de ces derniers sur leur santé mentale. Des problèmes qui touchent visiblement bien plus de filles que de garçons et entraînent chez elles de plus en plus d’actes d’automutilation et de pensées suicidaires.